cancer colorectal

Aller en bas

cancer colorectal

Message  Admin le Jeu 9 Oct - 20:52

Cancer colorectal

Introduction :

Avec plus de 36 000 nouveaux cas et 16 000 victimes par an en France, le cancer colorectal reste étrangement méconnu du grand public
Le cancer colorectal est le 3ème cancer le plus fréquent chez l’homme, après ceux de la prostate et du poumon et le 2ème chez la femme, après le sein.

Dépistage :


Ce cancer est guérissable s’il est pris en charge tôt.

Test Hémoculture :

Consiste à prélever sur trois selles consécutives un petit fragment de la taille d'une lentille ou d'un grain de riz, qu'il faut déposer sur une plaquette. Le patient envoie alors cette plaquette par courrier à un centre d'analyses.
Les résultats sont envoyés en retour à la personne concernée et à son médecin. Ce test permet de déceler la présence de saignement dans les selles.
Si le test est positif, une coloscopie (examiner l’intérieur du colon) est prescrite pour confirmer ou infirmer la suspicion de lésion cancéreuse.
Si le test est négatif, la personne est invitée à le renouveler deux ans plus tard. Mais elle est informée sur les signes d'alerte devant amener à consulter sans attendre ce délai de deux ans.

Les signes qui doivent alerter :

- Présence de saignement dans les selles, qu'il ne faut pas attribuer spontanément à des hémorroïdes sans avis médical.
- Troubles du transit d'apparition récente : diarrhée ou constipation inhabituelle ou alternance des deux.
- Douleurs abdominales inexpliquées et d'apparition récente.
- Amaigrissement inexpliqué.

Les sujets les plus à risque :

- L'âge en est le principal facteur de risque car les malades ont en moyenne 70 ans lorsque l'on découvre leur cancer. Mais c'est à partir de 50 ans que le risque augmente réellement
- Les personnes dont l'un des parents proches (père, mère, frère, sœur, enfant) a été atteint d'un cancer de l'intestin avant 65 ans.
- Les personnes dont deux parents ont été atteints d'un cancer de l'intestin quel que soit l'âge au diagnostic.
- Les sujets ayant déjà eu un adénome de plus d'un centimètre ou un premier cancer colorectal.
- Les personnes atteintes de maladie inflammatoire chronique de l'intestin étendue au moment du diagnostic et évoluant depuis plus de 20 ans.
- Les membres d'une famille atteinte de polypose adénomateuse familiale.
-Les membres d'une famille atteinte du syndrome de Lynch.
-La surconsommation de viande rouge favorise la survenue de ce cancer

Traitement :

La chirurgie est incontournable, car il faut retirer le polype. Parfois, on doit mettre un anus artificiel, qui peut être temporaire ou définitif dans certains cas. Cela s'appelle une stomie. 80 000 personnes sont ainsi "stomisées" en France.
La chirurgie est parfois complétée par d'autres traitements : la chimiothérapie ou éventuellement la radiothérapie. La prise en charge est en fait adaptée à chaque patient, en fonction de la gravité du cancer.
De nouvelles techniques utilisent des médicaments spécifiques au cancer du malade, permettent de personnaliser le traitement.


Conclusion :

Face à la méconnaissance de ce cancer, l’institut national du cancer a inauguré la semaine du cancer colorectal qui se déroulera la 1ère semaine du printemps en mars.

Admin
Admin

Messages : 58
Date d'inscription : 09/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://prepaifsi.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum